Académique

Conseil

Conseil

Quel leadership pour les entreprises responsables et capacités de faire face à un monde devenu vulnérable, anxiogène, non linéaire et incompréhensible ?


QUI NE RÊVE PAS D’ACCÉDER AUX PLUS HAUTES RESPONSABILITÉS ? OUI, MAIS POUR QUELLES MOTIVATIONS ? Son ambition personnelle, se prouver à soi-même qu’on a réussi ?  Ou pour imposer ses propres règles et ne plus subir celle des autres ? Ou encore pour incarner une vision, sauvegarder ou pérenniser l’entreprise ? 

Pour comprendre d’où je parle, et pour quoi (à savoir donner du sens) , voici une brève histoire de mes rêves, de ma réalité avec des expériences diverses, d’où la  finalité de ces articles : transmettre des clés de compréhension du monde actuel, et des méthodologies de réflexion, de décision, de management et dévaluation, à utiliser sans modération. Et vos retours enrichiront vos pairs.


Diriger l’entreprise familiale fut mon rêve, tellement enfoui à l’intérieur de moi
que je ne l’ai découvert tardivement, lors de ma décision de devenir coach en 2003. Pourtant je l’avais en partie réalisé en rachetant avec mon mari en 1995, une agence commerciale de dalles céramiques françaises et de stratifiés italiens. J’avais espéré une co-direction, mais la réalité fut que j’ai vécu sept ans de crises à gérer seule au quotidien, avec nos 3 enfants en bas âge. En effet, il a préféré revenir à son ancien poste de direction pour ses qualités de gestionnaire, son besoin de sécurité financière à quelque 300 km de là. Et j’ai réalisé à quel point nous étions opposés avec mon côté entrepreneurial, qui m’a permis de sortir de ces épreuves, fermé la société à 0 et abouti à un divorce. 

Ce rêve premier  (de co-diriger le moulin familial à la fois centenaire et ultra-moderne classé 4e français,  dans les années 80 ), n’a pas pu se réaliser pour 2 raisons: la loi salique (  qui écarte du trône les filles de rois,  en France)  a bénéficié à mon «  petit »  frère, seul héritier mâle , et sa vente ( improbable selon la culture familiale )  en 1987. À ma question : « Pourquoi cette vente ? » Mon père a répondu : « je n’ai plus les clés pour pérenniser le moulin ». Cette réponse m’est revenue d’un coup à la conscience en 2016 en préparant un cycle pour des dirigeants, réalisant que des formations managériales changeaient peu la donne depuis 2010. 

Mon entrepreneur de père a été un Steve Jobs dans les années 80 :  mon retour à Paris m’a permis d’assister à de nombreux évènements (formations, think tanks, colloques.) et ai réalisé, 15 ans après  combien il était avant-gardiste  en créant tout un écosystème innovant autour du blé et de la farine, et un rayonnement international avec la création d’ un groupement de moulins exportateurs. Je ne sais pas si j’aurais réussi à mon tour à le pérenniser : la question est sans importance . Cependant la conjonction entre cette culture familiale, mon parcours , mes connaissances et  fut une puissante motivation qui m’a permis d’être alignée avec ma vision du monde des entreprises, ma mission de vie et mon identité de coach-formatrice- conférencière. Le deuil de mon rêve fut opéré en 2 temps :

  • en créant un cycle Dirigeant dans un monde VUCA , commercialisé par les Échos formations, entre 2017 et 2022 pour donner des clés de pérennisation. Elles se sont avérées justes, après avoir interrogé la cinquantaine de dirigeants et dirigeantes du privé et du public, lors du tsunami du COVID.
  • en adaptant ce cycle Dirigeant, pour former des femmes à devenir des dirigeantes d’exception, avec une intention de coopération avec les hommes  afin que les organisations y récoltent  de nombreux bénéfices.

Force est de constater que les principes de réussite qui ont bien fonctionné dans le passé avant 2000, c’est-à-dire un monde relativement  stable (avant Internet,  malgré des crises), prévisible, compliqué, avec ses informations facilement interprétables,  sont devenus progressivement  inadaptés dans ce Nouveau Monde qualifié par l’armée américaine, comme VICA ( Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu)  dans les années 2008 puis VANI cette année ( Vulnérable, anxiogène, Non-Linéaire= risques élevés de ruptures, Incompréhensible).

En effet, impossible de traiter un problème complexe comme s’il était compliqué. Par exemple, un problème de relation humaine (conflit entre 2  directeurs de services  Compta et Trésorerie) que j’ai connue comme  consultante externe dans un grand groupe , lié à  des querelles d’ego,  ne peut être traité en enlevant un des 2 responsables. , mais  en traitant la relation, en faisant de la médiation  en les réunissant autour de valeurs communes .
De même, la gestion des risques ( probables) ne peut convenir face à l’incertitude , générée par une hypothèse hautement inconcevable, comme l’affaire Kerviel , trader à la Société Générale, évoquée par Nassim Taleb devant le CODIR  15 jours avant et le tsunami qui en  a découlé.

Ces deux éléments changent la donne, demande des processus de réflexion et de décision différents avec une analyse systémique de la situation, pour identifier les interdépendances potentielles entre autres.

Ces points seront évoqués prochainement.

Plus de publications

Issue d’une famille d’entrepreneurs,  après avoir été salariée slasheuse, repris une société  avec 7 ans de gestion de crises, elle décide en 2003 de se former au coaching. Ses missions la conduisent à  concevoir et animer  le cycle « quel Dirigeant dans un monde VUCA ? » pour les Echos formations, avec une soixantaine de participants du public et du privé. Désormais, elle s’est spécialisée dans l’accompagnement de la parité  pour rendre les entreprises anti-fragiles , plus vivantes  et porteuses de sens .

A lire aussi sur le sujet

Les leviers pour renforcer la gouvernance et l’éthique dans le Sport

La démarche initiée par le Comité national pour le renforcement de l’éthique et de la vie démocratique est un grand pas vers les standards de gouvernance.

Réveillons les forces de l’imagination dans l’entreprise !

Les Capsules d’Anticipation que nous proposons devraient devenir incontournables dans les entreprises. Les managers et collaborateurs « scénaristes » se serviront de récits de SF transposés dans des avenirs imaginaires pour, en définitive, régénérer leur présent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Translate »