Académique

Conseil

Conseil

Changez d’attitude pour changer le monde !

Prenons l’exemple d’une réunion d’équipe ordinaire du lundi matin.

Parfois, elles sont amusantes et engageantes et tout le monde semble de bonne humeur. D’autres fois, elles ressemblent à une version particulièrement horrible du purgatoire et tout le monde est fatigué, a la gueule de bois, a froid, la machine à café est en panne, etc.
Mais il est rare que les gens sortent de ce genre de réunion en disant « c’était amusant et engageant parce que j’étais amusant et engageant », ou « c’était malheureux parce que j’étais malheureux ».

Il semblerait présomptueux et arrogant de penser qu’une personne puisse être seule responsable de l’expérience d’un groupe.

Mais c’est en fait ce qui se passe !

Par notre présence, nous rendons les choses amusantes ou douloureusement ennuyeuses.
Et une personne peut – comme vous l’avez sûrement déjà expérimenté – dicter à elle seule l’énergie d’une pièce.

La vérité est que nous générons et créons continuellement des résultats, non seulement par nos actions, mais aussi par la façon dont nous choisissons de nous présenter à un moment donné.

Vous pouvez accompagner un membre de votre équipe dans son évaluation annuelle et il peut en ressortir inspiré ou déprimé, sans que le contenu de l’évaluation elle-même ne change quoi que ce soit.

Si vous vous présentez comme un leader inspirant qui croit en son équipe, les points faibles de l’évaluation deviendront une opportunité de croissance. Si vous vous présentez comme un chef fatigué qui veut juste rentrer chez lui à la fin de la journée, vous deviendrez un gros nuage sombre pour l’employé.

Le contenu ne change pas. C’est le contexte qui change.

Il est remarquable de constater à quel point nous nous concentrons sur le contenu de nos interactions avec les autres, et à quel point nous consacrons peu d’attention au contexte.
La raison pour laquelle cela est important est que nous avons tous un contexte par défaut.
Notre contexte par défaut est la façon dont nous nous présentons généralement si nous ne nous arrêtons pas pour y réfléchir d’abord.

Il est généralement motivé par l’ego, c’est-à-dire par une combinaison de peur, d’anxiété, de sentiment d’inadéquation et de besoin de prouver sa valeur aux autres.

Mon contexte par défaut est une sorte de « Finissons-en »: un peu impatient, ne se souciant que de la situation dans son ensemble, ne s’intéressant pas à l’opinion des autres et voulant s’atteler à la tâche afin de montrer au monde à quel point je suis productif.

Vous pouvez voir à quel point ce contexte peut contribuer à une réunion… !


Quel est votre contexte par défaut ? Pouvez-vous citer ses caractéristiques ? Si oui, partagez-les dans les commentaires – engageons une conversation à ce sujet.
Faire cet exercice et prendre conscience de votre contexte par défaut vous donne quelque chose que la plupart des gens n’ont pas : la conscience de pouvoir choisir un contexte différent, un contexte qui créera les résultats que vous souhaitez.

Revenons un instant à l’exemple de l’entretien annuel. Imaginez que vous êtes assis pour faire le bilan d’un membre de l’équipe qui se montre fort dans certains domaines, mais pas dans d’autres.
Réfléchissez aux résultats que vous souhaitez obtenir à l’issue de cette réunion. Les entretiens annuels peuvent être des sujets épineux, alors quel serait un résultat vraiment positif dans ce cas ?

Réfléchissez ensuite au contexte que vous devez adopter pour obtenir ces résultats !

Peut-être « mentor de confiance » ou « guide attentionné », ou même « coach inspirant ». Ce n’est certainement pas mon contexte par défaut, et probablement pas le vôtre non plus.

J’aime choisir des contextes représentés par des personnages de films. Cela me donne un point d’ancrage lorsque mon contexte par défaut commence à prendre le dessus (ce qui arrive inévitablement).

Robin Williams dans Dead Poets Society serait un bon exemple. Pouvez-vous imaginer à quel point votre employé serait inspiré (et peut-être impressionné) si vous vous montriez comme son personnage de Keats, debout sur les bureaux et en train de faire du carpe diem ?

Avant de conclure, il y a encore une chose importante à dire à propos des contextes.

Vous connaissez l’adage qui dit qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ?

Eh bien, si vous pouvez distinguer votre contexte par défaut, cela signifie que vous avez maintenant le pouvoir d’en choisir un autre, qui servira mieux la situation dans laquelle vous vous trouvez.
Et cela signifie que vous avez maintenant la responsabilité des résultats que vous générez.

Ces réunions fastidieuses du lundi matin ? C’est maintenant à vous de jouer.
Comme le dit Williams dans le film : « Je me tiens sur mon bureau pour me rappeler que nous devons constamment regarder les choses d’une manière différente ».

Changez votre contexte et changez votre monde.

Jon Duschinsky
Plus de publications

Jon Duschinsky est un leader d’opinion mondial, un innovateur social et un des fondateurs du mouvement Business for Good.

En travaillant avec des dirigeants tournés vers l’avenir, il accélère l’innovation, l’impact social et environnemental et leur capacité à retenir les talents (en particulier les GenZ et les Millennials).

Jon a fourni des conseils d’expert à des clients dans plus de 60 pays, notamment Airbus, Accor, Pernod-Ricard, Sodexo, NASCAR, Prudential et Maybank, ainsi qu’aux gouvernements de l’Allemagne, des États-Unis, de la France et des Émirats arabes unis. En outre, il a coaché des centaines de dirigeants et de futurs dirigeants, écrit deux livres et donne régulièrement des conférences universitaires partout dans le monde.

A lire aussi sur le sujet

Le droit robotique sera-t-il théosophique ou les androïdes rêveront-ils de moutons électriques ?

Il y a près de 500 ans François Rabelais écrivait « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »… on peut toujours méditer cette citation aujourd’hui.

Le Rôle de la RSE dans les Opérations de Fusions-Acquisitions (M&A)

En intégrant efficacement les considérations ESG dans les processus transactionnels, les entreprises peuvent non seulement atténuer les risques et protéger les intérêts des parties prenantes, mais aussi saisir des opportunités de création de valeur durable

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Translate »