Académique

Conseil

Leadership

Espace Propreté : une entreprise à mission qui s’engage vers un monde propre

Interview réalisée par Clémence Fouquet-Lapar et Despoina Gkasiou

Le jeudi 14 mars dernier, Espace Propreté a été récompensé et a reçu le prix de la Performance Globale par la Cité de la RSE. Ceci permet de mettre en avant la qualité de société à mission qui englobe tous les aspects de la RSE : économique, social, sociétal et environnemental.
À cette occasion, Muriel Fournier partage sa vision de l’engagement de son entreprise et son implication dans la société à mission.


Pourriez-vous nous faire une brève présentation de votre entreprise ?

Espace Propreté est une société spécialisée dans le nettoyage, fournissant des services aux entreprises et collectivités publiques. Personnellement, j’ai pris les rênes de l’entreprise il y a sept ans et nous avons actuellement une trentaine de salariés. J’ai repris l’entreprise en 2017 et en 5 ans j’ai presque réussi à doubler le chiffre d’affaires : cette année 2023 nous étions à près de 980 000 euros. Sur le plan RSE, l’entreprise est multi primée et c’est un plaisir pour nous d’être reconnus pour notre travail dans ce domaine.

Qu’est-ce qui a motivé votre entreprise à adopter la qualité de société à mission ?

C’est vrai qu’être société à mission, ça n’était pas quelque chose que j’avais envisagé au départ. En réalité, tout à commencé en mars 2021, j’étais vexée qu’un client ait résilié un contrat, car il considérait qu’Espace Propreté n’était pas assez engagé en RSE (il faut savoir que deux semaines plus tard nous avons reçu un prix dans la catégorie “entrepreneur responsable”).

Plus tard dans l’année, lors d’une journée de cohésion et de formation avec les équipes on avait fini les activités principales et il nous restait un petit moment, alors je me suis dit, pourquoi ne pas profiter de ce temps pour quelque chose de différent. J’ai donc demandé à tout le monde de réfléchir à ce qu’Espace Propreté représentait pour eux, à partir de là, on a essayé de créer ensemble la raison d’être de l’entreprise. C’était vraiment enrichissant de co-construire cette réflexion !

Pourriez-vous définir ce qu’est une société à mission ?


Pour moi, la société à mission, c’est un engagement qui va au-delà de la RSE dans le sens où l’on doit considérer les enjeux sociaux et environnementaux de notre activité, mais surtout réfléchir sur le rôle de notre entreprise dans la société. Ce n’est pas juste une liste de mesures à prendre, c’est vraiment une réflexion profonde sur notre impact.

Comme le définit la loi Pacte, être une société à mission c’est définir une raison d’être et des objectifs qui sont inscrits dans les statuts de l’entreprise. Aussi, cela implique de désigner des personnes chargées du suivi et de l’exécution de cette mission. Dans les deux ans qui suivent le changement du statut, l’entreprise doit faire vérifier sa mission par un Organisme Tiers Indépendant, qui donne un avis motivé sur la démarche. C’est un engagement sérieux, et je suis convaincue que c’est vraiment un des futurs de l’entreprise responsable.

Pouvez-vous nous décrire la mission de votre entreprise et en quoi elle consiste ?

Bien sûr, avec plaisir ! Alors, la raison d’être de notre entreprise, c’est celle-ci : “Centrées sur l’humain, le respect et la responsabilité, nos équipes accompagnent chaque client pour lui permettre d’évoluer dans un environnement propre et sain et de se consacrer pleinement à son cœur de métier.” C’est vraiment une approche inclusive et participative qui nous permet de nous assurer que notre entreprise reflète les valeurs et les besoins de toutes les parties prenantes impliquées.

Quels sont les principaux objectifs que votre entreprise s’est définis grâce à sa mission ?
Nous avons défini 4 grands objectifs que l’on appelle “statutaires” qui vont être déclinés chacun en objectifs opérationnels.

Il n’ont pas d’ordre hiérarchique, mais le premier concerne la relation client, conseiller, accompagner et réaliser une prestation de qualité adaptée aux besoins quotidiens de chaque client.”

Le deuxième objectif lui est plutôt accès sur la communauté et la relation avec les parties prenantes, notamment s’interroger et améliorer nos pratiques afin de favoriser l’évolution, le bien-être et la sécurité de nos salariés.

Le troisième objectif statutaire est de promouvoir, sensibiliser et fédérer sur les questions environnementales, sociales et sociétales . Celui-ci va s’axer sur les questions de bien-être au travail et l’évolution professionnelle des salariés .

Le dernier, lui, est à caractère environnemental et l’objectif est d’agir à notre échelle, sur l’environnement en adoptant le circuit court et la gestion responsable des ressources et des consommables.

Comment votre entreprise intègre-t-elle sa mission dans ses opérations quotidiennes et pourriez-vous donner un exemple concret ?

Oui, bien sûr ! Un de nos grands objectifs en termes de bien-être au travail est de former au moins un tiers des employés au développement de leurs compétences professionnelles. L’encadrante s’occupe des formations pour maîtriser les machines de nettoyage et l’on inclut aussi des formations de communication et de management. Pour l’année 2023, on a réussi à atteindre cet objectif, ce qui est super, car nous sommes dans une dynamique d’amélioration continue.

En revanche, un autre objectif concerne l’environnement et a été fixé il y a environ deux ans, mais malheureusement, on n’a pas encore réussi à l’atteindre. Notre but est d’utiliser au minimum 50% de produits de nettoyage labellisés par des labels comme l’écolabel européen ou écocert. Actuellement, on est à environ 30% pour l’année 2023, donc on est en train de faire cette transition de manière progressive.

En quoi votre mission change foncièrement votre entreprise ou votre modèle économique ? Comment se distingue-t-elle des entreprises similaires dans votre secteur, sachant que je crois, vous êtes la première Société à Mission dans le secteur de la propreté en France ?

Sachant que nous nous sommes fixé nos propres objectifs, nos responsabilités se portent aussi sur des enjeux sociaux et environnementaux. Comme les autres sociétés à mission, Espace Propreté n’a pas uniquement un but lucratif. Je pense que c’est ça qui nous différencie réellement des autres entreprises de nettoyage, je suis heureuse que la Fédération des Entreprises de Propreté ait reconnu notre engagement en tant que première entreprise à mission du secteur en France au travers d’un prix RSE qui nous a été remis en juin dernier.

Quels défis votre entreprise rencontre-t-elle en poursuivant sa mission ?

Ah, si on parle des freins d’être une société à mission, je dirais que le principal, c’est qu’on ne peut pas se permettre de faire du greenwashing…

En réalité, je ne pense pas qu’il y ait vraiment d’obstacles à franchir le pas. Ce qui compte vraiment, c’est de bien réfléchir à l’utilité de son entreprise dans la société. Mais si je devais en choisir un, je dirais peut-être que le coût de l’organisme de contrôle externe (l’OTI) peut être un facteur. Ça engendre une certaine dépense, mais avec la fréquence des vérifications, ça reste gérable pour nous. Cependant, je peux imaginer que pour les plus petites entreprises, ça puisse poser problème.

Muriel Fournier, ingénieure de formation avec un Master en Management d’Entreprise, a opté pour l'entrepreneuriat après un licenciement économique. En 2017, elle rachète Espace Propreté, prenant les rênes de l'entreprise à la suite du départ à la retraite des anciens gérants. Animée par des valeurs responsables et une approche managériale humaniste, Muriel a naturellement engagé son entreprise dans une démarche RSE, tout en travaillant avec une équipe d'une trentaine de collaborateurs. Parallèlement à ses responsabilités professionnelles, elle s'implique activement dans plusieurs réseaux professionnels tels que la CMPE 34, la Fédération des Entreprises de Propreté (FEP) ou encore l'Association du Progrès en Management (APM). Aujourd’hui, Muriel Fournier continue de diriger avec succès Espace Propreté, mettant en pratique sa vision sur le long terme au travers de la transformation de l’entreprise vers la Société à Mission.

A lire aussi sur le sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Translate »