Académique

Conseil

Conseil

Une absence de longue durée

 

Est-on toujours « A bord » ?

Maladie, burn-out, pause parentalité, mobilité lointaine font partie intégrante de nos expériences de vie. Des moments intimes que nous vivons aussi dans la sphère professionnelle. Car oui, nous pouvons être absents de nos postes, parfois pour de longues durées, pour des raisons heureuses ou problématiques.
C’est la vie. Et cette vie justement se joue aussi dans notre organisation et au sein du collectif quand nous sommes absents plusieurs mois et que nous revenons.

Pendant notre absence, notre écosystème professionnel a bougé, l’entreprise a changé, l’équipe a évolué. Quelles qu’en soient les causes, l’absence de longue durée (> 3 mois) est une expérience vécue par chacun de façon très personnelle avec souvent des remises en question bien légitimes.

À l’image d’Elena, 35 ans, manager dans la logistique

Unsplash.com

« J’ai été ré-accueillie en février dernier dans mon entreprise après 4 mois de congé maternité. Si j’étais tétanisée d’annoncer ma grossesse, mon manager m’a bien accompagnée à organiser mon départ. Pourtant, à mon retour, je me suis sentie perdue et plus assez en confiance pour exprimer mes envies d’évolution. Je me suis vite demandée si mon expérience ne serait pas mieux valorisée ailleurs. Finalement, après 8 mois, j’ai quitté ma boîte et me suis mis une énorme pression pour me faire une nouvelle place ailleurs. »

À l’image aussi d’Antoine, commercial dans l’import-export

Unsplash.com

« Je me pensais invincible et même si j’avais la sensation d’avoir vraiment la « tête dans le guidon », je n’ai rien vu arriver. Et un matin je n’ai pas pu me lever.
Quelle culpabilité d’être celui qui a craqué, …
Personne n’a compris. Mon manager était démuni autant que moi. Mon équipe totalement dépassée.
J’aurais tant aimé être soutenu dans cette épreuve et accompagné à mon retour pour me défaire de la honte de n’avoir pas été aussi fort que les autres. »

Pourtant peu d’entreprises ont intégré cette pratique.

En effet, dans 1 cas sur 2, aucune action n’est mise en place au retour du salarié absent.
Le re-onboarding est encore peu abordé ou non suffisamment anticipé dans les organisations.

Il crée des situations désastreuses de tous les côtés :

Retour sur l’histoire d’Elena avec un peu de recul…
Elena a vécu 6 mois de mal-être avant de quitter son entreprise, rejoignant la femme sur 2 qui change d’employeur dans les 18 mois post son retour de congé maternité*(Source Cahier de Tendances RH 2023). Son changement d’emploi a généré pour elle beaucoup de stress. Son ancien employeur a mis 1 an à recruter à nouveau un talent. Et 8 mois de plus pour le former, l’intégrer et le faire progresser au niveau de management atteint par Elena.

Il en a été de même pour Antoine. Arrêté 5 mois pour burn out, incompris par sa hiérarchie et ses collègues, il a très mal vécu son retour. S’en sont suivis d’autres arrêts maladie et une incapacité à gérer le quotidien de ses taches. Ne sachant plus comment faire, sa seule alternative a été de partir. Comme pour Elena, son entreprise a mis beaucoup de temps à le remplacer, engendrant des dysfonctionnements et des tensions dans l’équipe.

Alors que justement tout le monde y gagnerait en s’impliquant dans un re-onboarding réussi et en accompagnant vraiment les personnes de retour.

Tant revenir en poste est une vraie chance pour toutes et tous !

En effet, les personnes qui vivent une longue absence de leur poste boostent leurs soft skills pendant cette période. Elles ont apprivoisé l’adaptabilité en situation de crise, la vulnérabilité, ont développé résilience et créativité. Elles ont des enseignements à partager, riches de potentiels modes de fonctionnement vertueux. Alors pourquoi ne pas considérer que ces apprentissages puissent être diffusés et partagés avec le collectif ?

« Retour à Bord » est né du besoin de combler ce vide au sein des organisations, et aussi de tout ce qu’Isabelle Guégan et Vanessa Térésa-Gollard ont vécu, chacune à leur manière, dans leurs parcours professionnels respectifs et en étant confrontées à ces périodes de fragilité pour les collaborateurs, les managers et les équipes.

Alors comment accompagner les collaborateurs dans leur reprise de poste ?
Comment les aider à reprendre leurs marques et renouer avec le collectif ?
Comment se familiariser avec la nouvelle organisation de l’entreprise ?
Commet refaire corps avec l’équipe ?
Comment booster engagement et mobilisation de toutes et tous ?

À toutes ces questions, « Retour à Bord » répond : pour ne pas laisser le collaborateur, le manager et les équipes face à eux/elles même(s). Pour lever le tabou des absences, fluidifier la reprise de poste, fidéliser ses talents, décupler collaboration et créativité.

Parce que les absences de longue durée sont avant tout des expériences apprenantes pour tous.ne nouvelle place ailleurs. »

« Retour à Bord » est un programme co-fondé par Isabelle Guégan et Vanessa Térésa-Golliard pour adresser différemment le retour en poste après une longue absence en embarquant toutes les parties prenantes : le collaborateur de retour, son manageur, l’équipe et le donneur d’ordre.

Plus de publications

Experte en développement de business et de talents, elle met son parcours en management international, stratégie et formation d’équipes au service de l’expérience collaborateur.

Plus de publications

Experte en innovation managériale, elle met son focus sur les approches collaboratives et pluridisciplinaires qui boostent les apprentissages collectifs en créativité et co-construction.

A lire aussi sur le sujet

Comment accompagner les dirigeants à ajuster leurs entreprises au monde nouveau ?

Aujourd’hui, pour piloter face à la complexité et l’incertitude, le FAIRE AUTREMENT ET REUSSIR ENSEMBLE devraient être les deux principes majeurs pour tout dirigeant et manager.

Quelles sont les 7 grandes difficultés rencontrées par les dirigeants d’aujourd’hui

c’est la qualité relationnelle entre top managers et entre les managers intermédiaires qui va permettre de régler ces dysfonctionnements d’autant plus insupportables pour les salariés qu’ils sont récurrents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Translate »