Académique

Point de vue

Point de vue

Environnement : « le droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » est une liberté fondamentale !

Saisi par des particuliers qui demandaient en urgence la suspension de travaux routiers, le Conseil d’État a récemment jugé que «le droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé» constitue une liberté fondamentale au sens de l’article L.521-2 du Code de justice administrative (CE, 20 septembre 2022, n° 451129, publié au Lebon). En reconnaissant le caractère d’une liberté fondamentale à un tel droit, le Conseil d’État montre sa prise en compte de la constitutionnalisation de la protection de l’environnement.

Toute personne qui estime que l’administration – collectivités territoriales, services de l’État, établissements publics – porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale peut saisir le juge des référés. Depuis la création de cette procédure d’urgence il y a plus de 22 ans, le juge des référés peut en effet ordonner à l’administration de prendre toute mesure pour faire cesser une telle atteinte sur le fondement de l’article L.521-2 du Code de justice administrative, et ce en quelques heures. Pour cela, le juge tient compte de l’urgence de la situation et de la possibilité d’ordonner des actions pouvant être immédiatement mises en œuvre. Grâce à cette procédure contentieuse, le Conseil d’État a ainsi reconnu de nombreuses libertés fondamentales invocables par les citoyens devant lui : le droit de grève, le droit de pratiquer un sport, la liberté de la presse, la liberté de culte, la liberté de manifestation, la présomption d’innocence… cette liste est loin d’être exhaustive.

Le « droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » qui ici nous intéresse est issu de l’article 1er de la Charte de l’environnement de 2004. La valeur constitutionnelle de la Charte de l’environnement, du fait de son intégration au préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, a été admise tant par le Conseil constitutionnel (Décision n° 2008-564 DC du 19 juin 2008) que par le Conseil d’État (CE, 3 octobre 2008, n° 297931, publié au Lebon).

Toutefois, avant la décision du 20 septembre 2022 ici commentée, et en dépit de la valeur constitutionnelle de la Charte de l’environnement, la question se posait de savoir si les droits et libertés consacrés par elle, et notamment ceux de son article 1er, pouvaient se voir reconnaître le caractère d’une liberté fondamentale invocable dans le cadre d’une procédure de référé-liberté (notamment à cause de la trop grande généralité des termes de ladite charte). La question se heurtait d’ailleurs à des décisions contradictoires rendues par plusieurs tribunaux administratifs (TA Châlons-en-Champagne, 29 avril 2005, n° 0500828, 0500829 et 0500830 ; TA Strasbourg, 19 août 2005, n° 0503540).

Ce n’est donc que par sa décision du 20 septembre dernier que le Conseil d’État s’est expressément prononcé en faveur de la reconnaissance du statut de liberté fondamentale à la protection de l’environnement, telle que consacrée par l’article 1er de la Charte, en admettant l’invocabilité du « droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » dans le cadre d’une procédure de référé-liberté. Cette évolution de la jurisprudence des Juges du Palais-Royal va de pair avec celle des Sages de la rue de Montpensier. En effet, par une décision du 31 janvier 2020, se fondant sur le préambule de la Charte de l’environnement, le Conseil constitutionnel a reconnu à la protection de l’environnement le statut d’objectif à valeur constitutionnelle (Décision n° 2019-823 QPC du 31 janvier 2020).

Cette décision du Conseil d’État est à saluer. Il faut en revanche reconnaître que si la voie du référé-liberté est désormais ouverte à la protection de l’environnement, le succès de cette procédure est très aléatoire compte tenu des conditions strictes et cumulatives posées par l’article L.521-2 du Code de justice administrative. Dans l’affaire jugée par le Conseil d’État le 20 septembre 2022, la demande des requérants a d’ailleurs été rejetée en l’absence d’urgence et d’atteinte grave et manifestement illégale à leur droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.

Plus de publications

Président de FRD CONSULTING et de FRD LEARNING. Son expérience de juriste et d’avocat lui a notamment permis d'acquérir une solide expertise en droit immobilier public (droit de l’urbanisme, droit des collectivités territoriales, droit de l’environnement…).

A lire aussi sur le sujet

Transférabilité des accords internationaux pour la protection de l’eau

La transposition pure et simple de cette Convention à elle seule n’est clairement pas suffisante, de même que les outils étatiques mis en place ne sont pas non plus suffisants compte tenu de la disparité des capacités financières des États.

La RSE est-elle universelle ?

Lors de son voyage en Chine il est rapporté que le chancelier allemand s’est vu répondre par le président chinois cette citation « Un homme politique doit avoir la sérénité pour vivre avec ce qu’il ne peut pas changer, le courage de changer ce qu’il peut changer et la sagesse de discerner les deux » (Helmut Schmidt) et ce au moment où était abordée la question des droits de l’homme.

Le mécénat : levier de performance et de pérennité des entreprises

Nous vivons une crise sociale et environnementale systémique face à laquelle les entreprises sont une partie importante de la solution. Par leurs décisions et leur force de frappe, elles ont un impact considérable sur l’ensemble de leurs parties prenantes, incluant la planète.

Les cimetières, un sujet tabou pourtant au goût du jour

Les cimetières ne sont plus des lieux de morts, mais deviennent petit à petit des espaces de vie, pour l’homme comme pour le végétal.

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, saisissez votre commentaire !
S'il vous plaît, saisissez votre nom ici

Translate »