Académique

Conseil

Conseil

Groupement forestier d’investissement : comment s’y prendre ?

L’acquisition d’une forêt en nom propre est une démarche qui peut sembler séduisante, mais qui, dans la réalité, est loin d’être chose aisée. Entre la recherche d’opportunités, l’expertise requise, les frais notariés, les assurances et les obligations réglementaires telles que l’établissement d’un plan de gestion, cet investissement peut rapidement se révéler plus complexe qu’il n’y parait. Alors, comment se positionner sur ce type d’actif totalement décarboné et durable ? Quelles précautions prendre ? Les réponses avec Raphaël Fleuri, PDG de Vera Conseil.

Investir dans un GFI (groupement forestier d’investissement) consiste à acheter des parts par l’intermédiaire d’une société dont l’actif principal est constitué de forêts. Le capital du GFI est donc ouvert aux investisseurs particuliers domiciliés fiscalement sur le territoire français qui peuvent acquérir des parts et deviennent de fait associés. Le GFI est agréé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour faire appel à l’épargne publique.
La gestion est donc déléguée. Entre obligations réglementaires, expertise et bon sens, entretenir et exploiter une forêt est un métier !
Les impératifs sylvicoles demandent de l’expertise et l’intervention de sociétés spécialisées pour :

  • choix et acquisition des forêts (foncier & bois)
  • L’entretien (élagage, dégagement des lignes, giro-broyage …)
  • Le reboisement
  • Les travaux de coupe (suivi, contrôle, marquage …).

Il faut également régler certaines taxes, assurances et effectuer un suivi administratif de son bien.
Le GFI permet de s’affranchir de ces obligations !

Les orientations de votre investissement sont multiples.
Vous investissez sur un actif tangible décorrélé des marchés financiers et vous bénéficiez d’un outil de diversification de votre patrimoine. Vous vous tournez vers un support décarboné ayant du sens.

Les forêts sélectionnées sont certifiées PEFC. Cela atteste de la gestion durable de la forêt et du respect de ses fonctions environnementales, sociétales et économiques.
En outre, le label Greenfin garantit la qualité verte et décarbonée du GFI auprès duquel vous contractez. Ce label s’adresse aux acteurs financiers qui agissent au service du bien commun grâce à des pratiques transparentes et durables.

Il s’agit d’un placement de long terme (10 ans) orienté transmission / donation avec des incitations fiscales en ce sens.

La forêt est un actif disposant de nombreux atouts :
– Économiques (bois de construction, énergie, ameublement …)
– Écologiques (captation de CO2, biodiversité, filtration de l’eau, maintien des sols …)
– Sociétaux (emplois locaux, loisirs, paysages …)

Le marché du bois est un marché porteur. La demande est structurellement supérieure à l’offre. Ce qui offre de bonnes perspectives*.
En termes de performances, vous pouvez tabler sur un rendement net d’environ 1% (vente de bois) et d’une valorisation moyenne de vos parts de 4% (valeur de retrait de vos parts).
*Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

Le GFI affiche une fiscalité incitative.
Le « Dispositif “Monichon” permet 75% d’abattement sur les droits de transmission, sans limite de montant et de lignée, sans contrainte de détention.

Cet achat est exonéré d’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) à 100%.
Enfin, au titre de la réduction d’impôt sur le revenu (IR-PME), 25 % des versements effectués au titre des souscriptions au capital sont déductibles. Ce dispositif limité à 50 000 euros ou 100 000 euros pour un couple. Cette réduction est soumise au plafonnement global des niches fiscales de 10 000 € (avec report possible).

Attention, l’investissement dans des parts de GFI présente un certain nombre de risques.
Risque de perte en capital : le GFI est exposé aux risques de marché. Sa valeur peut évoluer à la hausse comme à la baisse. Il n’y a donc pas de garantie en capital. Il est toutefois limité aux apports.

Risques d’exploitation et de rendement : L’exploitation forestière est soumise aux aléas climatiques (tempêtes, le gel, la grêle, les incendies et risques phytosanitaires). Même si les actifs sont assurés contre ces risques.
Risque de liquidité : le délai de revente des parts et le prix de cession ne sont pas garantis.

Investir dans le GFI peut être une option intéressante pour ceux qui souhaitent s’impliquer dans la propriété forestière tout en évitant les tracas liés à la gestion quotidienne. Cependant, il est essentiel de faire preuve de diligence raisonnable et de comprendre pleinement les risques associés à ce type d’investissement avant de s’engager.

VERA CONSEIL est une société de conseil en investissement spécialisée dans la proposition de solutions de diversification patrimoniale sur actifs tangibles. Investissement en or et argent physique en garde Coffre. Le placement en Groupement Forestier d’Investissement ou G.F.I.

Raphaël FLEURI est le PDG de Vera Conseil. Conseiller en Investissements Financiers, il est Immatriculé à l’ORIAS sous le N° 23003058

A lire aussi sur le sujet

Les cendres du défunt et leur dispersion : quand le droit s’en mêle…

Seule l'urne cinéraire avait fait l’objet d'un statut esquissé par la jurisprudence. Comme la dépouille mortelle, elle a ainsi été assimilée à un objet d'une copropriété familiale, inviolable et sacrée

Élections législatives 2024 et RSE : un lien à prendre en compte pour l’avenir

Face à ces enjeux, face à la situation sociale, sociétale et environnementale sur notre planète, l’engagement des entreprises vers plus d’éco-responsabilité est vital. Les électeurs ont le pouvoir de choisir des représentants engagés en faveur de la RSE et de la transition durable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Translate »